En quoi les arts martiaux traditionnels sont-ils l'opposé des sports de combats?

Publié le par Tamaki Léo

Généralement le grand public classe toutes les formes d'activités physiques liées au combat sous les appellations génériques d'arts martiaux ou sports de combats en employant ces termes indifféremment. Et une grande majorité de pratiquants fait de même. Un bref coup d'œil suffit pourtant pour noter qu'il existe plusieurs groupes aux différences très marquées.

Bujutsu, budo, kakutogi
Il est très difficile de traduire des termes japonais car le ou les caractères qui composent un mot ont parfois de multiples significations ou un sens très large selon les idéogrammes auxquels ils sont associés. Le français en revanche est une langue dont les mots sont généralement beaucoup plus précis. La traduction que j'ai choisie pour les groupes de disciplines me semble la plus simple mais ne transmet toutefois pas la richesse de sens que recouvre leur appellation en japonais. Je n'aborderai toutefois pas ce point dans le détail ici car il mériterait un développement en soi.


Bujutsu, Kuroda Tetsuzan et Yasumasa à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels 07
(Photo Pierre Sivisay)


On peut grossièrement diviser les pratiques physiques liées au combat en trois catégories, les bujutsu que je traduirais par techniques martiales, les budo, voies martiales, et les kakutogi, techniques de combat.
Les bujutsu regroupent les techniques enseignées au sein des koryu, écoles traditionnelles, telles que le Katori shinto ryu, le Yagyu shinkage ryu, etc… Les plus anciennes de ces écoles ont été crées il y a plusieurs siècles, les plus récentes datant du 19ème.
Les budo regroupent les voies martiales qui ont été crées entre la fin du 19ème siècle et aujourd'hui. Le premier a été le Judo et le dernier reconnu à l'heure actuelle est l'Aïkido.
Les kakutogi quand à eux désignent les sports de combat tels que le MMA (Mixed Martial Arts). Ces disciplines ont été crées entre la fin du 19ème siècle et aujourd'hui.

Les généralisations portent toujours en elles les germes de leurs erreurs et beaucoup de disciplines ne rentrent totalement dans l'une ou l'autre de ces catégories, particulièrement celles classées dans les budo qui possèdent parfois un versant très traditionnel et un autre totalement orienté vers le sport. En montrant par quelques exemples en quoi diffèrent et même s'opposent un bujutsu et un sport de combat théoriques "purs" je démontrerai que bien que l'un soit à l'origine de l'autre, leur essence est en réalité totalement différente.
Je laisserai volontairement à l'écart les budo en raison de leur aspect souvent mal défini que j'ai souligné.


Budo, Brahim Si Guesmi à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels 07
(Photo Pierre Sivisay)


Différences entres bujutsu et kakutogi

Les techniques martiales traditionnelles visent à détruire un ou plusieurs ennemis le plus rapidement possible et de manière définitive. Les techniques utilisées sont les plus dévastatrices et visent les articulations et points vitaux du corps humain.
Les sports de combat visent à battre un adversaire en le contraignant à l'abandon, le mettant K.o. ou en remportant un nombre de points supérieur au sien. Les techniques utilisées sont les plus inoffensives possibles afin de permettre un affrontement sans danger des participants. Pas d'attaques à la colonne vertébrale, la gorge, la nuque, les yeux, les testicules, les articulations faibles telles que les doigts, etc…

Les bujutsu supposent que l'on peut être opposé à des adversaires aux capacités physiques supérieures aux nôtres, que l'on peut être  blessé lorsque la confrontation a lieu, enfin que l'on est désavantagé de toute manière possible et imaginable.
Les kakutogi lissent les différences par des catégories de poids, d'âge et éliminent au maximum tout avantage que l'un des participants pourrait avoir sur l'autre.

Les techniques martiales traditionnelles préparent à affronter un ou plusieurs ennemis qui peuvent surgir par surprise, dans n'importe quels lieux, moments et conditions pour une durée indéterminée.
Les sports de combat préparent leurs pratiquants à combattre un seul adversaire dans un lieu précis à un moment donné pour une durée déterminée.

Il existe de nombreux autres exemples mais leur énoncé n'apporterait pas beaucoup plus. Les bujutsu sont le produit d'un monde brutal ou la possibilité d'un affrontement mortel était réelle. Les kakutogi sont le fruit d'une société pacifiée où l'on cherche à contenir la violence dans des limites socialement acceptables.


Kakutogi, Hubert Chas et Tamaki Léo


Une comparaison de leur efficacité?

Il n'est pas question de juger ici de la valeur de telle ou telle pratique. Si ma recherche m'a amené aux budo et bujutsu j'ai longtemps pratiqué avec plaisir les sports de combats qui demandent un investissement et des efforts qui ne leur sont en rien inférieurs. Toutefois il convient de ne pas se méprendre sur le but et le travail développé dans ces disciplines respectives.

Aujourd'hui lorsque ces groupes de disciplines sont comparées le principal débat concerne généralement "l'efficacité", sous-entendu en combat. Au-delà de l'aspect puéril qui motive généralement cette comparaison, le débat est faussé car le but est fondamentalement différent. Ces pratiques répondent à des situations diamétralement opposées comme les exemples ci-dessus l'ont démontré. Un maître de bujutsu aura ainsi peu de chances de l'emporter contre un champion de sports de combats s'il respecte les règles dans lesquelles celui-ci évolue, tandis que ce dernier n'aura quasiment aucune chance de survie s'il doit faire face à lui sur son terrain.

Des disciplines aux essences éloignées

Les kakutogis sont les descendants des bujutsu. Mais l'essence de ces disciplines est en réalité très éloignée et elles n'ont plus en commun qu'une vague ressemblance extérieure dans certaines formes techniques.
Aujourd'hui les sports de combats sont pratiqués en tant que loisirs tandis que les techniques martiales sont utilisées comme une voie spirituelle. Leurs buts sont différents ainsi que les moyens de les atteindre et par là les qualités qu'ils développent chez leurs pratiquants. La différence fondamentale réside à mon avis dans l'utilisation du corps qui use celui-ci dans les sports de combats, l'efficacité dans sa propre discipline déclinant alors rapidement dès que les premiers signes de l'âge apparaissent…


Publié dans Budo

Commenter cet article

guillaume 03/10/2008 14:36

Bonjour,Effectivement c'est toi qui était obscur :PJ'ai compris ton point de vue, et j'adhère :Dà bientot

Tamaki 03/10/2008 21:49


;-)

Léo


guillaume 02/10/2008 14:05

Bonjour, Je me suis mal expliqué en fait je crois. Je ne voulais pas parler de réponses stéréotypées. Ce que je voulais dire, c'est qu'à force de répétitions les gestes (blocage par exemple) deviennent "automatique", c'est à dire que ce n'est plus l'esprit qui va réfléchir comment le faire mais le corps qui fait, c'est ancré. C'est la tête qui décide de faire tel ou tel blocage lors d'une attaque, mais ensuite l'exécution se fait sans réfléchir. Après c'est sûr qu'il faut être "inventif" tout en respectant les techniques.à bientot

Tamaki 02/10/2008 16:45


Bonjour Guillaume,

Non non, tu étais très clair et c'est ce que je pensais que tu voulais dire. Sans doute est-ce moi qui fut obscur ;-)
En fait je crois qu'après que les gestes techniques soient devenus des automatismes se trouve une étape ou le geste s'adapte instantanément et parfaitement à l'attaque. Tous les individus étant
uniques chaque attaque l'est aussi. Un geste travaillé au dojo contient donc une certaine forme de stéréotype qui au plus haunt niveau, "Takemusu Aïki en Aïkido, disparaît...

Amicalement,

Tamaki Léo


guillaume 25/09/2008 20:08

Bonjour tout le monde.J'ai pris beaucoup de plaisir à lire tes explications Léo ainsi que tous les commentaires. Je suis tout à fait d'accord sur le fait que le but n'est pas du tout le même entre le budo et les kakutogi. Pour ma part je dirais que les deux sont en quelque sorte opposés. Je m'explique, à mon avis les sports de combats permettent une grande efficacité assez rapidement (tout dépend du pratiquant bien sûr) mais, l'âge arrivant il est difficil de continuer. Alors qu'à l'inverse, pour le budo, ce n'est pas parce qu'on pratique depuis quelques années que l'on est capable d'appliqué nos techniques lors d'une attaque. Il est très long d'ancré nos techniques au plus profond de nous même pour être "automatique". Mais le budo s'inscrit dans la longévité, l'âge ne changeant pas grand chose (juste quelque modification de la pratique) Voilà mon sentiment.Concernant ma pratique personnelle, j'ai la chance d'être tombé sur un art martial traditionnel, sans compétition, le plus proche possible du budo. C'est le kutemichi bun bu ryo do. Oui je sais vous ne connaissez pas (réaction de tout le monde à qui j'en parle), en fait c'est du karaté shotokan, mais travaillé différemment, avec certaines techniques spécifique, certains kata spécifique.... Nous travaillons également les armes traditionnelles telle le katana, le bokken, le bo..... Ce n'est pas beaucoup développé, seulement une petite dizaine de dojo, tous dans la région lyonnaise. Autre petit détail, non martial mais qui je trouve ajoute une touche particulière, c'est que l'on est baptisé d'un nom japonais (basé sur notre personnalité) par notre senseï quand on passe shodan.Voilà je vous donne le lien de ma page youtube si vous voulez voir de quoi il s'agit (un site officiel est en préparation)http://fr.youtube.com/user/x1988Si vous avez des questions concernant mon art, ou autre, n'hésitez pas, ce sera avec plaisir.martialementà bientot

Tamaki 02/10/2008 10:20


Bonjour Guillaume,

Merci pour ton très sympathique commentaire.

Je suis globalement d'accord avec toi sauf en ce qui concerne la recherche d'automatismes. Je crois aujourd'hui que plus qu'une réponse stéréotypée il faut chercher une spontanéité et une liberté
dans un mouvement juste.

Cordialement,

Tamaki Léo


el-melik christophe 11/09/2008 15:56

MERCI pour l'article sur Kondo Katsuyuki.Pratiquant la boxe des Lamas Tibétains,j'ai parfois du mal à relier les 30 formes entre elles(la dernière expliquant la première,votre article fait le lien et c'est la notion universelle qui est la base de tout).Néanmoins,la transmission du savoir est vitale,c'est pourquoi j 'ai du mal avec cette notion tant Japonaise que Chinoise de cacher de peur qu'elle ne soit volée.Mais MERCI encore

Tamaki 15/09/2008 03:32


Cher Christophe,

Merci pour votre message. Si les paroles de Kondo senseï ont trouvé un écho dans votre pratique j'en suis heureux.

Quand au côté caché de la transmission, il faut pour pouvoir transmettre qu'il y ait en face quelqu'un qui puisse et veuille recevoir. En ouvrant l'enseignement à tous on prend le risque, surtout
aujourd'hui, d'être submergé de dilettantes. Le véritable disciple fera les efforts nécessaires...

Tamaki Léo



Ced 01/08/2008 21:43

article tres intressant qui met bien en valeur les différences entre les différentes voies. Je trouve cela pertinent car je doute moi meme de mon efficacité lors d'une situation qui nécessite les arts martiaux comme maniere de résolver le probleme. Surtout que l'aikido , aux yeux des non inités n'est bien souvent qu'une danse martiale. Bref cet article apporte des éclaircissements.

Tamaki 15/08/2008 17:52



Bonjour Ced,

Je crois comprendre que vous pratiquez l'Aïkido.

Même si la self-défense est loin d'être son but premier la pratique de l'Aïkido m'a permis de développer énormément mon efficacité dans une discipline aussi éloignée par exemple que le Karaté
Kyokushinkaï. Au-delà des techniques la discipline offre à mon avis beaucoup...

Cordialement,

Tamaki Léo