Rebellion

Publié le par Léo Tamaki

Titre :             Rebellion (Joi-uchi: hairyo tsuma shimatsu)

 

Réalisateur : Kobayashi Masaki

 

Acteurs :        Mifune Toshiro, Nakadai Tatsuya

 

Durée :           2h01

 

Année :          1967

 

            Rebellion est un film de Kobayashi Masaki avec Mifune Toshiro dans le rôle principal. Comme l’oeuvre la plus célèbre de son réalisateur, Hara-kiri (Seppuku), ce film est le récit d’un combat pour la justice en même temps qu’une critique de la société féodale japonaise…

 

Rebellion

            Epoque Edo, 1725. Sasahara Isaburo est l’un des meilleurs guerriers de son clan. Homme éffacé, lassé des intrigues et ne trouvant pas sa place dans cette époque de paix il prend sa retraite.

            Quelque temps plus tard son fils est contraint sous la pression de prendre pour femme l’épouse répudiée de son seigneur. Deux ans plus tard alors que le bonheur s’est installé dans la famille ce dernier rappelle son ancienne épouse à ses côtés…

 

Mifune Toshiro

            Rebellion est un excellent jidaï geki. Resté dans l’ombre de son illustre aîné Hara-kiri qui fut tourné cinq ans plus tôt, il n’ a pourtant rien à lui envier et le travail sur l’espace, le jeu avec les lumières, l’humanité virile de Mifune contribuent à faire de ce film un chef d’œuvre méconnu

 

Rebellion est le combat d’un père pour son fils, d’un homme pour sa femme, d’une femme pour sa liberté, de trois êtres pour leur dignité. Kobayashi illustre ici à merveille la lutte des individus contre un injuste système d’apparences qui broit l’humain.

 

Le combat de trois êtres pour leur dignité...

Le réalisateur a su utiliser pleinement le potentiel de Mifune qui démontre une fois de plus son immense talent d’acteur en habitant subtilement son personnage de patriarche vengeur.

La férocité des affrontements est aussi parfaitement rendue, Mifune, authentique artiste martial qui pratiquait le Iaïdo, l’Aïkido, le Kyudo et le Kendo dont il était entre autres 7ème dan faisant ici aussi preuve de virtuosité. De vrais sabres ont d’ailleurs été utilisés dans plusieurs des scènes de combats…

 

Mifune Toshiro face à Nakadai Tatsuya


Il est intéressant de noter que plusieurs personnages féminins font preuve d’une grande dureté et d’une grande froideur. De la femme de Mifune à la mère de Sannojo qu’on ne voit que l’espace d’une scène, ces personages sont l’image d’une femme japonaise qui n’est soumise qu’en apparence, et qui, hier comme aujourd’hui déjoue souvent le raport de forces supposé.

 

            Au final cette adaptation d’un roman de Yasuhiko Takiguchi est un très grand film à côté duquel il serait dommage de passer…

 

Un chef d'oeuvre du jidaï-geki


            Le film est disponible à la boutique Tsubaki et chez Wild Side vidéo.


Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article